Le site de votre centre labelisé en chirurgie de l'obésité

Activités physiques

Les bénéfices de l’activité physique

 

Au-delà du contrôle du poids, l’activité physique est associée de façon bénéfique à de nombreux paramètres de santé et module le développement des principales complications de l’obésité (en premier lieu diabète de type 2 et pathologies cardio-vasculaires).

Après une intervention, les patients ont intérêt à augmenter leur activité physique même s’ils ne perdent pas de poids et à réduire le temps consacré à des activités sédentaires. L’activité physique quotidienne est indispensable au même titre que le sommeil ou l’hygiène corporelle. Elle participe au maintien du poids voire à une perte de poids et permet d’améliorer la qualité de vie.

La perte de poids obtenue en associant équilibre nutritionnel et programme d’activités physiques est supérieure à celle résultant d’un simple contrôle de l’alimentation, mais la différence entre les deux types de prises en charge n’est que de quelques kg.

De façon générale, l’activité physique a des effets positifs sur le plan psychologique en améliorant l’humeur, la sensation de bien-être et l’estime de soi.

Il n’est pas nécessaire de pratiquer une activité physique d’intensité élevée pour obtenir ce type de bénéfices psychologiques qui pourraient être associés à une meilleure adhérence aux conseils diététiques.

Maintien du poids après amaigrissement

 

Le maintien du poids après perte de poids initiale, ou une moindre reprise, représente un des intérêts majeurs de l’activité physique. Ceci est possible grâce à une activité physique correspondant de 60 à 90 minutes/semaine d’intensité modérée. Le médecin peut avoir recours à un professionnel en activités physiques adaptées en cas d’objectif thérapeutique initial non atteint ou en cas de demande du patient.

 

 

Conseils et exemples d’activités physiques

 

Il est possible de préciser la dépense énergétique d’une activité donnée par rapport à la dépense énergétique de repos.
Il faut rester vigilant avec cette approche, car elle met en avant la dépense énergétique liée à l’activité physique qui reste quantitativement limitée par rapport à la dépense énergétique des 24 heures, alors que les bénéfices de l’activité physique sont plus larges et indépendants de la perte de poids.

 

 

Intensité faible : durée 45 mn

Marche lente (4 km/h)
Laver les vitres ou la voiture, faire le ménage, repasser, entretien mécanique, arrosage du jardin …
Pétanque, billard, bowling, voile …

 

Intensité modérée : durée 30 mn

Marche rapide (7 km/h)
Jardinage léger, port de charges de quelques kg
Vélo ou natation « plaisir », aqua-gym, ski alpin, plongée sous-marine…

 

Intensité élevée : durée 20 mn

Marche en côte, randonnée en  montagne
Jogging (10 km/h), VTT, natation « rapide », saut à la corde, football, basket-ball, sports de combat, tennis, squash …